Habitat senior
Publié le - 189 aff. -

L'ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE

L'actuelle Règlementation Thermique ne s'applique qu'aux constructions neuves, lors de rénovations il est recommandé de s'en rapprocher, une importante réduction des consommations d'énergie étant probable. Il faut isoler correctement l'ensemble des parois d'une pièce et porter une attention toute particulière au raccords (murs/plafond ou plancher) et ouvertures. Ces ponts thermiques et acoustiques sont des endroits sensibles où des phénomènes de condensation peuvent se produire.

Les logements sont de plus en plus étanches aussi il est impératif d'installer une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) pour le renouvellement d'air et le confort. Aussi les fenêtres des pièces sèches doivent comporter des entrées d'air.

Deux grandes catégories de matériaux isolants : Les laines minérales et les mousses synthétiques

Les laines minérales, laine de verre et laine de roche, sont de très bon isolant thermo-acoustiques

Le polystyrène expansé (PSE) est moins cher. Sa version thermoacoustique (PSE dB35 ou PSE Ultra ThA) concurence les laines minérales.

Les mousses de polystyrène extrudé (PSEX) ou de polyuréthane (PUR) sont les plus isolantes et supportent de lourdes charges. Elles sont utilisées pour les sols, dalles béton ou toitures.


La Règlementation Acoustique reprend la normalisation européenne et impose des nouvelles méthodes de calcul . Les bruits se divisent en trois catégories, bruit aérien, bruits d'impact et bruits d'équipement.

L'isolation acoustique aux bruits aériens : Les bruits aériens se propagent directement au travers des cloisons, murs et menuiseries. Deux mesures, l'indice d'isolement et l'isolement acoustique, permettent d'apprécier les qualités de l'isolation. Les complexes de doublage associant la laine minérale ou du PSE dB à une plaque de plâtre permettent d'obtenir des bonnes performances.

Les bruits de chocs entre deux étages se mesurent en fonction du revêtement de sol et de la nature du plancher.Les bruits d'impacts se traitent dans le local d'émission par des panneaux en laine de roche ou en PSE dB de 15 à 40 mm d'épaisseur associés à des sous-couches résilientes minces de 3 à 5 mm.

Quelques Sites : www.isover.fr/

www.knauf.fr/

www.rockwool.fr

www.promo-pse.com

www.bpbplaco.com

www.plastibat.fr

Diagnostic de Performance Energétique :

En application de la Directive Performance Energétique des Bâtiments, un certificat de performance énergétique devra être associé à toute transaction immobilière. Il sera établi au terme d'un diagnostic de performance énergétique (DPE) dont le résultat sera synthétisé sous forme de deux étiquettes "énergie" et "climat". Le CSTB a apporté son concours sur les méthodes d’évaluation permettant d’effectuer ce diagnostic.

A partir de juillet 2006 pour la vente d’un bien immobilier existant et de juillet 2007 pour la vente d’un bien immobilier neuf ou en cas de location, un diagnostic de performance énergétique doit être annexé à l’acte de vente ou au bail. Il sera valide pendant 10 ans. Cet état des lieux est complété de propositions d’améliorations du bâti et/ou des équipements, car le DPE est avant tout un outil de sensibilisation aux économies d’énergie.



Deux types de méthodes d’évaluation de la performance énergétique des bâtiments sont proposés. Des méthodes de calcul des consommations d’énergie et des émissions de CO2 théoriques estimées, pour une utilisation standardisée, sont destinées aux maisons individuelles et aux logements avec chauffage et production d’ECS individuels. Des méthodes de calcul sont applicables aux autres bâtiments, dont les logements en copropriété avec installations de chauffage et de production d’ECS collective, sur la base de décomptes de charges ou de relevés des consommations. Un groupe de travail, dont fait partie le CSTB, finalise un cahier des charges définissant les conventions communes aux différentes méthodes.



Logiciels ou outils de simulation

La RT sert de base pour effectuer le DPE des logements et bâtiments tertiaires neufs. Pour l'existant, peuvent être utilisés des logiciels (pour évaluer la quantité d’énergie théoriquement consommée pour un usage classique) ou des outils de simulation dynamique permettant de valoriser les bâtiments spécialement performants ou mettant en œuvre des techniques innovantes. La méthode 3CL (calculs des consommations conventionnels dans les logements) est une version évoluée de la méthode DEL (dépense énergétique des logements) mise au point par le CSTB. Par ailleurs, le CSTB a été sollicité pour mettre au point une méthode destinée aux bâtiments tertiaires existants.


Les diagnostics de performance énergétique sont effectués par des diagnostiqueurs - experts ou bureaux d’études thermiques qualifiés -. Un arrêté définit précisément les compétences nécessaires à la réalisation des diagnostics. Elles sont certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC ou un organisme équivalent. Un premier Guide du diagnostiqueur a vu le jour courant 2006.

Bavardez concernant ce billet !

Les publications similaires de "Fomotique"

  1. 6 Fév. 2015ANTICIPER ET RAISONNER A LONG TERME180 aff.
  2. 2 Mars 2013L'EAU CHAUDE SANITAIRE201 aff.
  3. 2 Mars 2013LES VERANDAS200 aff.
  4. 1 Mars 2013LA VENTILATION MECANIQUE CONTROLEE182 aff.
  5. 28 Fév. 2013AMENAGEMENTS DIVERS167 aff.
  6. 23 Fév. 2013AMENAGEMENT SANITAIRE - SALLE D'EAU195 aff.
  7. 20 Fév. 2013AMENAGEMENT DE CUISINE158 aff.